AUDAVIA, spécialiste de la formation sur mesure Paris - Bordeaux - Quimper 0805 690 063 (appel gratuit) info@audavia.fr
14 septembre 2022

Manager sa RSE : quelles attentes vis-à-vis de votre entreprise ?

Responsabilité Sociétale d’Entreprise

« Responsable », « durable », « neutralité carbone », « transition », « éthique »… ces mots sont omniprésents dans l’actualité des derniers mois. Au-delà du « bruit » autour de la responsabilité sociétale des entreprises, la prise en compte des enjeux environnementaux, sociaux et sociétaux par les entreprises – car la RSE c’est cela – est, aujourd’hui plus que jamais, attendue de la part de toute société, quel que soit son secteur d’activité ou sa taille.

Certains y voient une contrainte de plus… d’autres, de plus en plus nombreux, l’envisagent comme une opportunité, une manière de revisiter l’entreprise, son activité, ses missions, son fonctionnement…en douceur ou de manière plus radicale mais, dans tous les cas, avec des bénéfices tangibles à la clé…

Des attentes tous azimuts à prendre en compte

A l’heure où embauche de collaborateurs et rétention des talents sont des problématiques majeures, quelques chiffres issus d’études récentes éclairent sur les liens entre engagement RSE de l’entreprise et attentes des collaborateurs :

  • 78% des salariés opteraient, à offres équivalentes, pour une entreprise engagée pour la transition écologique
  • 86 % des salariés en poste considèrent que la RSE est un sujet important ou prioritaire
  • 40% des collaborateurs indiquent que l’engagement RSE de leur entreprise renforce leur fierté d’appartenance
  • 62% des jeunes sont prêts à refuser un poste dans une entreprise qui manque d’engagement social/environnemental

Pour accéder à de nouveaux marchés ou renouveler ses contrats, justifier d’actions RSE, ou mieux, d’une démarche RSE construite et active, est un sésame qui tend à se répandre pour travailler avec les donneurs d’ordre, publics comme privés. De levier de différenciation commerciale, l’engagement RSE devient progressivement un incontournable des appels d’offres, parfois même un pré-requis pour déposer son mémoire technique.
Ainsi, d’après l’étude « La parole aux fournisseurs » :

  • plus de 70% des fournisseurs interrogés sont régulièrement sollicités par
    leurs clients sur les sujets de RSE
  • dans 79% des appels d’offres, la RSE est abordée. Evolution également en B to C du côté des consommateurs, avec la prise en compte des enjeux RSE comme un élément de choix qui s’affirme au moment de l’acte d’achat…

Même constat du côté des partenaires d’affaires des entreprises :

  • 88% des sociétés de gestion private equity intègrent les critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) dans leurs décisions d’investissement
  • 71% des investisseurs se disent prêts à annuler un investissement si les critères ESG/RSE ne sont pas bons

Au-delà des chiffres évoqués ci-dessus, la réalité de cette tendance s’inscrit
également dans le droit : depuis la loi Pacte, entrée en vigueur en 2019, l’article 1833 du Code Civil a été complété, imposant à chaque société d’être gérée « dans son intérêt social, en prenant en considération les enjeux sociaux et environnementaux de son activité ».
Depuis plusieurs années, la pression réglementaire s’accroît, impactant de plus en plus d’acteurs économiques. A noter dans les mois à venir, l’extension du périmètre des sociétés soumises à l’obligation de reporting RSE en déclinaison du droit européen : dès janvier 2023, ces obligations s’étendent en effet à un plus grand nombre d’entreprises. L’approche RSE concernant l’ensemble de la chaine de valeur, cela se traduira par une exigence accrue vis-à-vis de leurs fournisseurs.

Faire face à la « pression RSE » …

Ce tour d’horizon illustre la montée en puissance d’une certaine forme de « pression RSE » de la part des parties prenantes de l’entreprise, quelles qu’elles soient. Pression qui peut devenir une opportunité pour tout dirigeant qui décide de l’envisager comme telle parce qu’il en a compris tous les bénéfices (voir notre article Votre démarche RSE est un levier de performance globale et durable).

D’après une étude réalisée par Bpifrance Le Lab, 90% des dirigeants de PME et ETI françaises mènent des actions RSE alors qu’ils n’ont aucune obligation de publier un rapport dédié.
Un chiffre qui démontre que, longtemps considérée comme un sujet réservé aux grands groupes, la RSE est bien présente au-delà des grandes entreprises. Pour autant, l’absence de démarche structurée et partagée ne joue pas en faveur de l’efficacité et de la visibilité de ces démarches : elles restent alors un atout parcellaire pour l’entreprise et vis-à-vis de ses partenaires.

Ainsi, seuls 50% des dirigeants de PME/ETI estiment avoir une véritable démarche RSE et 25% une démarche avec un plan d’actions à court ou moyen terme (voir notre article Comment construire et déployer sa démarche RSE ?).

Tout pour réussir…

Les PME et les ETI ont pourtant tout pour réussir en la matière : réactivité forte, circuit de décision court, capacité à se remettre en cause et à innover rapidement, relations de confiance et proximité avec leurs principaux partenaires… Armer le dirigeant et ses équipes pour intégrer la RSE au quotidien et à la stratégie de l’entreprise permet d’aborder sereinement et efficacement la RSE et de répondre aux attentes explicites et implicites rappelées ici.

Pour tous renseignements complémentaires, contactez-nous au 0805 690 063 (appel gratuit) ou par e-mail (info@audavia.fr). Audavia est certifié QUALIOPI.

A ne pas manquer


Vous avez un message ?

Appelez-nous au 0805 690 063 ou utilisez le formulaire suivant, nous vous recontacterons sous 24h maximum.

    Votre satisfaction avant tout !

    De nombreux stagiaires ont suivi nos formations. Notre approche sur mesure ainsi que la qualité de nos intervenants leur ont plu comme en témoignent les chiffres :

    3670
    personnes formées

    80350
    heures de formations dispensées

    96%
    de satisfaction

    4,87/5
    avis stagiaires CPF

    5/5
    avis Google